Cycle SymbioScènes 2022*2024

« Comme l’essence de l’Anthropocène semble être autodestructrice, je souhaite sortir de cette ère le plus vite possible. [...] J’ai donc créé le terme « Symbiocène » pour désigner une ère caractérisée par des émotions positives envers la Terre, une ère qui représente un avenir alternatif hautement souhaitable ».
(Glenn Albrecht, Les émotions de la Terre – Des nouveaux mots pour un nouveau monde. Ed. Les Liens qui Libèrent, 2020)

* * *

Symbiose : Association étroite de deux ou plusieurs organismes différents, mutuellement bénéfique, voire indispensable à leur survie. La symbiose est fréquente entre les micro-organismes [symbiotes] et des plantes ou des animaux. Relation marquée par une union très étroite et très harmonieuse (Larousse)


D’ANTHROPOScènes à SYMBIO#Scènes / récit d’une évolution sémantique

En 2020*2021, nous menions le Cycle de créations et de recherche artistique ANTHROPO#Scènes : une aventure théâtrale et citoyenne, reposant sur un acte utopique et collectif, qui proposait de réenchanter notre relation au monde, de réinventer nos « manières d’être vivant » (formule que nous empruntons au philosophe Baptiste Morizot), de repenser notre monde avec la Terre.

ANTHROPO#Scènes se proposait de questionner, par le geste artistique, la relation que l’Homme entretient avec la « Nature », dont il a puissamment décidé de s’extraire au fil de son histoire à grand renfort de techniques, de technologies et de sciences… mû par une logique de survie et de sécurité et somme toute par la peur.

A ce jour, devant le sentiment d’accélération nécessaire de nos prises de conscience et de nos décisions, il nous semble plus qu’urgent de poursuivre la démarche, tout en la faisant évoluer, y compris dans les termes qui la nomment, afin d’appeler dores et déjà à créer ensemble l’étape suivante de notre histoire commune. Le terme de SYMBIO#Scènes s’est
révélé, à la réflexion, plus approprié à cette deuxième partie de notre cycle de travail sur la relation de l’Homme au Vivant, et plus propice à définir les contours du nouveau récit collectif que nous désirons partager avec le plus grand nombre, un récit fondé non plus sur la grande histoire humaine de prédation et d’exploitation des ressources, mais sur le « connaître, aimer et prendre soin ».
SYMBIO#Scènes est donc un projet collectif et participatif de création artistique et citoyenne autour du Rhône, de la question de l’eau et plus largement de la relation Homme-Terre. Il s’agit ainsi de la traduction artistique et scénique d’une opération de sensibilisation et d’éducation à l’environnement, prenant la question fluviale comme miroir grossissant, particulièrement révélateur des enjeux majeurs de la relation de l’Homme au vivant.
Traiter de ces questions par l’acte artistique et poétique, c’est utiliser l’espace scénique comme un lieu de témoignage, de réflexion et d’expression de problématiques fondamentales pour notre humanité et notre temps, en utilisant la voie de l’émotion et du sensible comme vecteurs puissants de conscientisation individuelle et collective, mais aussi l’imaginaire comme appel à l’action.

« C’est notre rapport à la beauté, au monde sensoriel qui est aussi en jeu. » trouve-ton dans la Tribune publiée dans le journal Le Monde : « Gestion de l’eau : « les expériences des premières civilisations urbaines sont une source d’inspiration pour penser la ville de demain » Corinne Castel et Bernd Gundermann / article cité sur le site de l’IAGF.

Plusieurs formes et événements jalonneront ce Cycle pluriannuel :

- « sOif.s » : projet artistique participatif avec les habitant.e.s du Pilat Rhodanien et de la moyenne vallée du Rhône (Vienne-Condrieu)

- « Les fleuves sous terre » : création professionnelle qui sera présentée dans le cadre de l’événement « Agir pour le Vivant » à Vienne en juillet 2022

- « Nous, les fleuves« , participation à l’exposition du Musée des Confluences avec l’installation de Marianne Salmon, la « Barque de la mort – Death barge »